Outils pour des forêts vivantes

Search
Generic filters
Formation
Revue Forêt.Nature
Forêt.Mail
Bibliotheque

La revue de presse mensuelle et gratuite sur la forêt et la nature

L’annihilation des espèces animales et végétales par l’humain est un problème majeur. Cependant, la réapparition du loup et du cerf dans de nombreuses zones de l’hémisphère nord engendre conflits et controverses plutôt qu’un soulagement général.

Les deux espèces interagissent de manière complexe entre elles, dans leur environnement et avec les humains. Quels sont les obstacles à franchir afin de permettre une cohabitation harmonieuse du cerf, du loup et de l’humain ? Une étude française de l’Université de Montpellier a déterminé les différents facteurs qui pourraient résoudre ces tensions.

Tout d’abord, il faudrait améliorer les avantages globaux de la cohabitation et tenter de diminuer les coûts collectifs liés à la gestion des espèces. Les loups influent sur les populations de cerfs, leur développement et leurs déplacements, tout comme les activités humaines de régulation. Même si les avantages de la présence du loup sur les territoires sont parfois controversés, mis en balance avec les impacts négatifs sur le bétail et l’activité agricole, ils sont à contraster avec les impacts négatifs forestiers des cervidés.

De plus, il faut considérer que les cerfs, les loups et nous-même faisons partie d’un même écosystème, et qu’il est nécessaire pour cohabiter d’adopter un changement d’attitude et d’apprentissage culturel pour évoluer en symbiose.

En plein mois de janvier, il est une plante qui reste verte et ajoute quelques couleurs au tableau hivernal de nos campagnes : le lierre. Longtemps perçu, à tort, comme dommageable aux arbres sur lesquels il pousse, il est en réalité un allié de choix pour la biodiversité.

D’abord, il ne tue pas les arbres, mais les protège, notamment des pluies violentes, du feu, des animaux qui abîmeraient son écorce, des coups de chaleur en été ou du gel en hiver. Rappelons aussi que les racines-crampons du lierre n’ont aucune fonction absorbante ! Un arbre et son lierre évoluent presque de façon symbiotique en réalité : leur longue évolution commune leur permet de partager l’espace aérien et les ressources disponibles tout au long de l’année. En effet, le lierre fleurit et fructifie en automne et en hiver, à un moment où l’arbre, lui, n’utilise plus l’eau ou la lumière pour sa propre photosynthèse. En juin, la situation s’inverse et c’est le lierre qui perd quelques feuilles. Celles-ci apporteront des éléments minéraux assimilables par l’arbre lors de leur décomposition rapide au pied du tronc. Ensuite, le lierre abrite plus d’un hôte utile à l’arbre. Par exemple, la grande quantité d’araignées qu’il héberge débarrassent son support des insectes nuisibles. Certains oiseaux profitent également de son feuillage pour nicher, comme la fauvette à tête noire, le merle ou le troglodyte mignon. Quant à la chouette hulotte et au hibou moyen-duc, ils s’y abritent en journée.

 

En plus du gîte, le lierre offre le couvert à bon nombre d’espèces. Sa floraison automnale fait le bonheur des derniers insectes de la saison. Sa fructification hivernale apporte des ressources alimentaires essentielles aux oiseaux en début d’année. Les petits mammifères, dont plusieurs chauves-souris, y trouvent aussi un site de chasse de choix. Un véritable hôtel cinq étoiles pour la biodiversité !

Pour améliorer la biodiversité, rendre les forêts plus résilientes face aux changements climatiques et répondre à la crise de la biodiversité, le projet pilote « Forêt résiliente » a été lancé en avril 2021 par la Ministre de la forêt Céline Tellier. Il s’adressait aux propriétaires privés et publics et visait à les aider à régénérer leurs parcelles forestières, ravagées par les scolytes, la chalarose ou d’autres maladies.

Doté d’un budget de 3 millions d’euros pour la première année pilote, les propriétaires étaient invités à rentrer leur projet de régénération constituée d’au moins trois essences adaptées au changement climatique. Des montants complémentaires optionnels étaient disponibles en fonction des essences choisies ou pour la mise en œuvre de mesures destinées à renforcer la biodiversité.

Le résultat de l’appel à projets est positif puisque 336 propriétaires privés et publics ont pu bénéficier de l’une des primes du dispositif, dont 229 propriétaires privés pour un total de 640 ha et 107 propriétaires publics pour 710 ha. Les parcelles sont réparties sur le territoire de toutes les provinces wallonnes.

L’analyse du déroulement de cette première année pilote permettra de proposer un deuxième appel à projets dans le cadre du plan de relance.

Une étude menée dans le parc national de Wielkopolski, en Pologne, a comparé l’impact d’espèces forestières à caractère invasif sur le développement et la composition du sous-étage dans différents peuplements et conditions. Les essences invasives étudiées sont le cerisier tardif (Prunus serotina), le robinier faux-acacia (Robinia pseudoacacia) et le chêne d’Amérique (Quercus rubra).

L’étude montre que les espèces invasives impactent la diversité et le fonctionnement de la  strate arbustive chacune à leur manière: le cerisier tardif augmente fortement la biomasse du sous-étage mais en réduit la biodiversité, le robinier augmente légèrement la biomasse du sous-étage sans en impacter la biodiversité alors que le chêne d’Amérique a un impact négatif à la fois sur la biomasse et la biodiversité du sous-étage.

Ainsi, c’est en présence de chêne d’Amérique qu’on retrouve les strates arbustives les moins développées et les moins diversifiées avec une biomasse correspondant à environ un tiers de celle qui s’observe en sous-étage de hêtraie et un quart de celle de la chênaie. L’impact positif du robinier sur le développement et la composition du sous-étage pourrait s’expliquer par son couvert léger et son aptitude à fixer l’azote atmosphérique. Au contraire, le couvert dense du chêne d’Amérique pourrait expliquer son impact négatif sur le sous-étage. Les semis de cerisier tardif dominent quant à eux dans le sous-étage alors que ceux du robinier y ont un taux de survie plus réduit. L’étude montre aussi que ces effets varient en fonction des conditions stationnelles.

L’introduction d’espèces d’arbres exotiques modifie donc les services écosystémiques et la diversité des espèces du sous-étage forestier. La direction et l’ampleur de ces altérations sont spécifiques aux espèces exotiques et dépendent du contexte. Ces éléments doivent être pris en compte dans la gestion de ces essences.

En juillet dernier, les inondations ont marqué les mémoires. Le traumatisme est encore à l’heure actuelle bien présent. Néanmoins, pour Natagora et le WWF, il est l’heure d’analyser cette catastrophe et d’en tirer des leçons pour l’avenir.

S’il n’est pas anormal que de temps à autres les cours d’eau occupent leur lit majeur, des inondations d’une telle ampleur ne sont pas uniquement liées à un phénomène naturel extrême. L’artificialisation des sols a une grande responsabilité aussi. Le territoire peut en effet offrir une certaine résilience face à ces fortes pluies. Quand cela se produit, il est important que l’eau s’infiltre dans le sol plutôt qu’elle ne ruisselle depuis l’amont du bassin versant. La création de zones de stockage tampon et de ralentisseur des écoulements (haies, zones humides…) permet cette bonne infiltration.

La modification des paysages agricoles est indispensable pour limiter les dégâts des inondations chez nous et profite en plus à notre biodiversité. Natagora et le WWF ont rassemblé dix propositions de solutions pour augmenter la résilience de notre territoire.

Sortir des grumes provenant de parcelles sensibles à l’exploitation est toujours difficile sans créer d’ornières ou de déformations du sol. Les longues périodes de précipitations et les hivers de plus en plus doux compliquent le débardage. Trouver des opportunités pour sortir les bois abattus sans dommages au sol est devenu particulièrement compliqué.

Ces conditions d’exploitation de plus en plus contraignantes créent une demande pour des machines capables de poursuivre l’activité malgré des sols peu porteurs. Les vibrations des machines sont un problème majeur pour les opérateurs, mais aussi lorsque l’on s’intéresse à l’interaction sol-machine. Il semblerait  qu’autant l’opérateur que le sol puissent profiter d’un châssis avec une bonne suspension !

Les vibrations et les déformations du sol vont en effet de pair et font perdre de la force de traction. Plutôt que d’aider la machine à bouger, l’énergie est perdue et crée plus de déformation du sol. Des développements récents ont permis de concevoir des machines qui réduisent leur impact sur le sol tout en offrant un confort supérieur aux opérateurs. Les bénéfices se font également ressentir sur la consommation de carburant.

Dans ce dossier, la revue Forêt de France présente différents outils et techniques pour relever les défis des entretiens de la régénération naturelle ou artificielle.

Lorsque le dosage de la lumière n’a pas pu être idéalement géré, c’est lors des cinq premières années d’une régénération naturelle ou artificielle qu’il faut être le plus vigilant pour minimiser la concurrence herbacée, ligneuse ou semi-ligneuse. En effet, en cas de (trop) grande ouverture du couvert, cette concurrence est souvent en place avant la régénération souhaitée et elle accapare une grande partie de la lumière, de l’eau et des éléments minéraux disponibles.

La gestion de cette végétation peut être préventive, par un martelage adapté et le maintien du couvert, ou curative par le travail du sol, la création d’accès aux plants (filets sylvicoles) et les dégagements. Dans certains cas, le travail du sol permet de favoriser la reprise des plants et de retarder le développement des adventices qui n’ont pu être évitées, mais il implique des dégâts au sol non-négligeables.

Le dossier met aussi en avant les avantages de la sylviculture de précision, une sylviculture innovante qui tend à préserver la capacité de production des sols, conserver la diversité de la faune et de la flore et adapter les interventions aux besoins des individus. À 5 ans, cette technique permettrait des gains économiques estimés entre 15 et 25 % pour la régénération artificielle.

L’auteur rappelle que « il faut réaliser uniquement ce qui est nécessaire en gardant à l’esprit la notion de travail utile » et qu’il faut limiter la concurrence et non l’éliminer totalement pour maintenir l’ambiance forestière.

FSC (Forest Stewardship Council) est un label international de certification forestière qui atteste de la conformation aux exigences d’une gestion durable dans les forêts labellisées. Jusqu’il y a peu, deux cadres étaient suivis en Belgique pour ce même label, un en Flandre et l’autre dans le reste du pays. Outre le fait que de petites différences existaient entre ces deux cadres, ceux-ci avaient été formulés il y a plusieurs années et étaient tombés peu à peu en désuétude.

En juillet 2021, FSC International a approuvé un nouveau projet de norme harmonisé et actualisé pour la Belgique entière. Lors du processus d’élaboration commencé en 2019, un grand nombre de parties prenantes du pays ont été consultées afin de prendre en compte les avis de tous les usagers de la forêt. Il en résulte un cadre unique et mis à jour, disponible en français et en néerlandais. Cette norme révisée est entrée en vigueur le 15 octobre 2021 et les titulaires de certificats existants ont 12 mois pour se conformer à celle-ci.

Alors que les changements climatiques dominent l’agenda politique au niveau mondial, les régions de montagne sont particulièrement vulnérables à leurs impacts. Un livre récemment publié sur les résultats du projet européen « CLIMO » (Climate-Smart Forestry in Mountain Regions) traite de ce sujet.

Ce nouveau concept intègre les objectifs climatiques à travers une gestion appelée « Climate-Smart Forestry » (CSF), et prend en compte différents niveaux, allant de l’arbre au paysage, en utilisant une variété d’outils. Ce livre est destiné aux universitaires et aux chercheurs en gestion forestière, mais fournit également un soutien pratique aux gestionnaires et aux décideurs forestiers.

Les différents chapitres du livre abordent les différentes thématiques et outils développés dans le cadre de cette approche. Parmi ceux-ci se trouvent : un chapitre sur les données de l’inventaire forestier national et les indicateurs à prendre en compte pour évaluer cette « gestion intelligente » ; un chapitre sur la mise en place d’un réseau d’observation en forêts de montagne en Europe ; une étude sur la modélisation de la croissance future des forêts de montagne ; un chapitre sur les opérations de récolte et de transformation du bois recommandées en forêts de montagne ; une revue de littérature sur les impacts et perspectives économiques et sociales de la « Climate-Smart Forestry ».

En ce qui concerne le réseau d’observation en forêts de montagne, tout le travail a débouché sur un court métrage promotionnel disponible ici :https://www.youtube.com/watch?v=qouZ-AUavlQ

Le livre complet Climate-Smart Forestry in Mountain Regions est disponible en accès libre : https://link.springer.com/book/10.1007/978-3-030-80767-2