Outils pour des forêts vivantes

Search
Generic filters
Formation
Revue Forêt.Nature
Forêt.Mail
Bibliotheque

Forêt.Mail

Quels effets à long terme de la sécheresse sur le hêtre ?

Suite à la sécheresse estivale de 2018, une étude suisse a pu évaluer l’impact de celle-ci sur les arbres et leur santé sur le long terme. L’année de la sécheresse, un changement de couleur prématuré des feuilles peut s’observer sur plusieurs essences telles que le hêtre, le bouleau, le chêne et l’érable. Il est intéressant de savoir si les arbres se protègent d’une transpiration excessive ou si la perte de leurs feuilles est réellement une faiblesse suite à l’interruption de l’apport en eau.

Grâce à un suivi pluriannuel d’environ mille hêtres, considérés jusqu’alors comme assez résistants au déficit hydrique, les différents impacts de la sécheresse ont été relevés. Des hêtres témoins ont également été sélectionnés, plus au sud, là où les précipitations ont été plus importantes.

Il en résulte que la sécheresse a constitué un événement exceptionnel pour les arbres : 10 % de ceux affectés par la perte de feuillage sont tout simplement morts dans les 4 ans, contre 2 % pour le groupe témoin. De plus, 21 % des hêtres ont dû être abattus pour des raisons de sécurité. Ce sont les grands arbres qui ont été davantage endommagés. Des dommages secondaires comme des lésions de l’écorce ou des trous de scolytes ont été relevés sur environ 20 % des arbres, mais l’étude ne permet pas de déterminer une corrélation primaire entre ces dommages et la sécheresse.

La perte du feuillage est donc un signe d’affaiblissement pour une majorité des hêtres étudiés. Il reste à déterminer si les prochaines sécheresses aggraveront leur état ou si l’acclimatation au fil du temps se fera pour les arbres touchés. De quoi nous éclairer sur les possibles retombées de la sécheresse de cet été.

­

Ne ratez aucun numéro du Forêt.Mail, abonnez-vous gratuitement