Outils pour des forêts vivantes

Search
Generic filters
Formation
Revue Forêt.Nature
Forêt.Mail
Bibliotheque

Forêt.Mail

Le gradient hydrique des sols est l’élément déterminant de la répartition des chênes

Les chênes indigènes sont très diversifiés sur le plan génétique, ce qui leur permet notamment de s’adapter au réchauffement climatique. En revanche, la détermination des différentes espèces est parfois perçue comme problématique en raison des hybridations qui peuvent avoir lieu entre elles, par exemple entre les chênes sessile et pubescent. L’association suisse proQuercus a publié à cet effet une clé de détermination à l’usage des praticiens forestiers, permettant de déterminer les différents types de chênes de manière visuelle. Cette clé propose une approche originale du complexe sessile/pubescent et les caractères morphologiques présentés sont le reflet des réalités génétiques.

L’herbier des chênes du canton de Vaud, qui rassemble plus de 16 000 feuilles de ces arbres, a servi de base à l’établissement de cette clé et a permis de préciser les liens des chênes avec leurs milieux préférentiels. D’autres herbiers cantonaux existent en Suisse, permettant encore d’améliorer les connaissances sur ces essences. Celui du canton du Valais reflète d’ailleurs l’adaptation des populations de chênes au stress climatique. Dans ce canton au climat estival chaud et sec (Valais central), les chênes se sont adaptés en arborant un feuillage pubescent.

En étudiant cet herbier, les potentialités d’adaptation des chênes aux conditions édaphiques et climatiques locales ou régionales ont clairement été mises en évidence, via une modulation des proportions des espèces de chêne du complexe sessile/pubescent. Le gradient hydrique des sols est ainsi l’élément déterminant de la répartition des espèces de chênes. Le chêne pédonculé est cantonné aux milieux lui garantissant un apport en eau continu. Ce critère est donc à prendre en compte pour sa conservation à long terme avec une qualité satisfaisante. Hors des stations humides propices au pédonculé, le complexe sessile/pubescent constitue un réservoir prometteur à disposition des sylviculteurs pour assister l’évolution des populations de chênes.

Ne ratez aucun numéro du Forêt.Mail, abonnez-vous gratuitement