Main menu

La revue technique consacrée à la gestion résiliente
des espaces forestiers et naturels

 4 numéros par an, 80 pages au format A4, couleur

 Des contenus adaptés aux préoccupations larges des gestionnaires forestiers et des espaces naturels

 Un triple niveau de lecture : découverte (la porte d’entrée plus accessible), technique (la recherche mise à disposition des gestionnaires) et pratique (du concret, directement utile sur le terrain)

 Des focus qui concentrent l’essentiel des articles : résumés, points forts, tableaux, figures et encarts

 Plus d’articles, de photos et d’infographies pour une meilleure lisibilité

 Des trucs et astuces : indicateur d’accessibilité et de durée de lecture, tags/verbo et bibliographie renforcée pour ceux qui veulent approfondir le sujet sur foretnature.be

 

FO163

  Abonnez-vous !

  Achetez ce numéro à la pièce

  feuilleter Feuilletez-le

 

Brèves. Journées internationales d’échange technique ASKAFOR

0iconweb Télécharger l'article

 

Formations Forêt.Nature. Troisième trimestre 2022, pour les agents du DNF

0iconweb Télécharger l'article

 

L’Association Futaie Irrégulière organise ses Deuxièmes Journées Internationales

L’Association Futaie Irrégulière (AFI) créée en 1991 par des experts forestiers et des chercheurs pour étudier et promouvoir la gestion en futaie irrégulière et continue, a organisé les 12 et 13 mai 2022 ses Deuxièmes Journées Internationales à Châlons-en-Champagne.

 

Bilan du Réseau Loup : élargissement de la zone de présence permanente et suivi transfrontalier

Violaine Fichefet, Vinciane Schockert, Frédéric Della Libera, Thibault Herrin, Alain Licoppe

 

Les arbres de mémoire en forêt de Soignes

Stéphane Vanwijnsberghe

Différents témoignages de mémoire ont été posés en forêt de Soignes pour commémorer un moment notable de l’histoire du pays, ou pour commémorer le souvenir d’une personnalité qui, par son action, a marqué le monde forestier belge ou la forêt de Soignes. Dans cet éventail de mémoire, les arbres, le plus souvent des chênes, occupent une place privilégiée.

À ce jour, deux chênes et un hêtre ont été dédiés à une personnalité du monde forestier belge et quatre chênes ont été dédiés à une personnalité issue de l’Administration et de la Ligue des Amis de la Forêt de Soignes.

Ces arbres sont désignés par une plaque où figure le nom de la personnalité à qui l’arbre est dédié. Par le passé, la plaque était apposée sur le tronc à plus ou moins 4 mètres de hauteur à l’aide d’un fils d’acier inoxydable suffisamment lâche pour accompagner la croissance de l’arbre. Dans le cadre du Schéma de structure de la forêt de Soignes, la signalétique a été revue dans le but de développer une identité commune et unique de la forêt, indépendamment de la région sur laquelle elle se trouve. Les nouvelles plaques (plaques de 25 cm sur 25 cm) sont fixées sur un piquet en chêne indigène non traité placé en bordure de chemin. Elles sont placées à hauteur de hanche pour en limiter l’impact paysager et laisser au promeneur sa libre appréciation de l’arbre.

Les arbres de mémoire bénéficient de mesures de protection particulières pour garantir leur maintien à long terme. Leur mise en valeur paysagère passe principalement par un travail dans le sous-bois (dégagement) pour permettre une bonne visibilité de l’arbre.

Référence à télécharger

0iconweb 5. Vanwijnsberghe S. (2014). Arbres remarquables en forêt. Leur identification, préservation et valorisation en forêt de Soignes (partie bruxelloise). Forêt Wallonne 128 : 26-37.

 

Qu’est-ce qui plaît aux visiteurs de la forêt ? Tour d’horizon des préférences liées aux caractéristiques de la forêt et aux modes de gestion des peuplements

Violette Van Keymeulen, Hugues Claessens, Gauthier Ligot

Les forêts wallonnes rendent de nombreux services récréatifs, touristiques et esthétiques dont la valeur est aussi importante qu’insoupçonnée. Or, les sylviculteurs - à travers leurs modes de gestion et la manière dont ils façonnent les caractéristiques de la forêt – peuvent renforcer ces services et tenter de répondre au mieux aux attentes des utilisateurs. Pour y arriver, il convient de pouvoir définir quelles sont les caractéristiques et les modes de sylviculture qui renforcent ou au contraire affaiblissent ces services ou, en d’autres termes, définir les préférences des utilisateurs. À travers une synthèse de la littérature scientifique, nous tentons de synthétiser l’état actuel des connaissances et d’identifier les caractéristiques des peuplements forestiers qui sont généralement préférées par les utilisateurs des forêts. En particulier, les peuplements les plus souvent associés à une haute valeur récréative, scénique et touristique dans nos régions correspondent à ceux ayant une plus grande variabilité spatiale, biologique et structurelle. Ils regroupent notamment les caractéristiques suivantes : la présence de grands et vieux arbres, le mélange d’espèces arborées, l’irrégularité structurelle impliquant une variété d’âge et de taille des individus et la présence de bois mort. Ces peuplements présentent également une continuité temporelle de leur couvert forestier et une densité végétale permettant une visibilité suffisante qui favorisent leur attractivité. A l’échelle du massif, la présence de milieux ouverts semble très importante. Concernant les modes de gestion, les forêts gérées sont souvent préférées aux forêts non gérées et parmi les modes de gestion, ce sont les sylvicultures « proches de la nature », « multi-objectifs » ou encore « à faible impact » qui semblent préférées.

Références à télécharger/consulter

0iconweb 1. Abildtrup J., Breyne J., Chaer S. (2021). L’écotourisme en Ardenne. Rapport 4 : Une évaluation des valeurs économiques pour les visiteurs des espaces naturels. Interreg V AGRETA, 59 p.

0iconweb 2. Baveye J., Massinon N. (2008). La valeur économique totale des forêts belges : une première approche. Forêt Wallonne 97 : 12-28.

0iconweb 3. Breyne J., Abildtrup J., Dufrêne M. (2021), L’écotourisme en Ardenne : les chiffres clés. Interreg V AGRETA, 43 p.

0iconweb 4. Cellule État de l’Environnement wallon (2007). Rapport analytique sur l’état de l’environnement wallon. 2006-2007 MRW, DGRNE, Namur, 736 p.

0iconweb 5. Colson V., Lejeune P., Rondeux J. (2009). La fonction récréative de la forêt wallonne : évaluation et pistes de réflexion pour son intégration optimale dans l’aménagement intégré des massifs. Forêt Wallonne 101 : 3-17.

0iconweb 6. Doimo I., Masiero M. (2020). Forest and wellbeing : bridging medical and forest research for effective forest-based initiatives. Forest 11(8) : 791.

0iconweb 8. Edwards D., Jay M., Jensen F., Lucas B., Marzano M., Montagné C., Peace A., Weiss G. (2010). Assessment of the recreational value of European forest management alternatives. EFI Technical Report 62, 50 p.

0iconweb 9. Edwards D., Jay M., Jensen F.S., Lucas B., Marzano M., Montagné C., Peace A., Weiss G. (2012). Public preferences for structural attributes of forests : towards a pan-European perspective. Forest Policy and Economics 19 : 12-19.

0iconweb 13. Stigsdotter U.K., Corazon S.S., Sidenius U., Refshauge A.D. (2017). Landscape and urban planning forest design for mental health promotion. Using perceived sensory dimensions to elicit restorative responses. Landscape and Urban Planning 160 : 1-15.

0iconweb 15. Van Keymeulen V. (2022). Les services écosystémiques socio-culturels rendus par les forêts : quel lien à la gestion et aux caractéristiques des peuplements ? Un état de la littérature. GxABT-ULiège, projet Interreg Askafor, 77 p.

 

Quelles opportunités pour le rewilding en Wallonie ?

Sébastien Lezaca-Rojas, Johanna Breyne, Coline Drapier, Forêt & Naturalité coll.

Le « rewilding » (ou réensauvagement), en tant que mouvement et proposition concrète pour la conservation de la nature, regroupe un ensemble d’axes de réflexion sur la manière d’envisager notre rapport à la nature et d’actions pour l’appliquer à la gestion du territoire. Pour répondre aux enjeux tels que la protection de la biodiversité ou la résilience des forêts face aux crises (comme celle du scolyte), le rewilding offre des réponses concrètes et innovantes, de mieux en mieux documentées par les retours d’expérience et les recherches scientifiques. Promu par de nombreuses associations, scientifiques, philosophes et institutions, des projets concrets fleurissent à présent partout en Europe. La Wallonie n’échappe pas à la tendance, mais il reste de nombreuses opportunités à explorer sur lesquelles cet article formule quelques pistes.

Références à télécharger/consulter

0iconweb 1. Agence européenne pour l’environnement (2015). Water retention potentials of Europe’s forests. A European overview support to natural water retention measures. Agence européenne pour l’environnement, 41 p.

0iconweb 2. Aykroyd T. (2013). A Working Definition of European Wilderness and Wild Areas, Wild Europe Initiative, 19 p.

0iconweb 3. Bell S., Tyrväinen L., Sievänen T., Pröbstl-Haider U. (2007). Outdoor recreation and nature tourism: A european perspective. Living Reviews in Landscape Research 1(2).

0iconweb 4. Beudert B., Bässler C., Thorn S., Noss R., Schröder B., Dieffenbach-Fries H., Foullois N., Müller J. (2015). Bark beetles increase biodiversity while maintaining drinking water quality. Conservation Letters 8(4) : 272-281.

0iconweb 6. Buckley R.C., Morrison C., Castley J.G. (2016). Net effects of ecotourism on threatened species survival, PLoS ONE 11(2) : e0147988.

0iconweb 8. Commission européenne (2020). Stratégie en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030.

0iconweb 9. Fichefet V. (2021). Le lynx de la Semois, photographié par un agent forestier, pourrait être revenu naturellement. Biodiversité SPW, actualités 28.08.2021.

0iconweb 10. Forêt & Naturalité (2016). Plaidoyer pour une grande réserve intégrale en Wallonie. Forêt & Naturalité, 8 p.

0iconweb 12. Forêt & Naturalité (2021). Crise du scolyte : l’opportunité pour une meilleure forêt ! Forêt & Naturalité, 72 p.

0iconweb 13. Forêt & Naturalité (2021). Réensauvager la nature en Wallonie ! Quelles opportunités pour le rewilding en Wallonie ? Forêt & Naturalité, 36 p.

0iconweb 14. Jacquemin F., Kervyn T., Branquart É., Delahaye L., Dufrêne M., Claessens H. (2014a). Les forêts anciennes en Wallonie. 2ème partie : cartographie. Forêt Wallonne 133 : 38-52.

0iconweb 15. Jacquemin F., Kervyn T., Branquart É., Delahaye L., Dufrêne M., Claessens H. (2014b). Les forêts anciennes en Wallonie. 1ère partie : concepts généraux. Forêt Wallonne 131 : 34-49.

0iconweb 18. Service public de Wallonie (2021). Appel à projets : Parc National de Wallonie. SPW, 35 p.

0iconweb 19. WWF Belgique, Natagora, Natuurpunt, Plateforme Belge pour la Biodiversité, Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique (2020). Rapport Planète Vivante : La nature en Belgique. WWF Belgique, 136 p.

0iconweb 20. Heyninck C. (2009). Appel pour un réseau de réserves intégrales de qualité en Région wallonne. Forêt Wallonne 99 : 43-52.

0iconweb 21. Gosselin F., Génot J.-C., Lachat T. (2021). Libre évolution et naturalité en forêt : définitions et métriques associées. Revue forestière française 73(2-3) : 115-136.

0iconweb 22. Jactel H., Marini L. (2021). Libre évolution des forêts et maîtrise du risque sanitaire associé aux scolytes des conifères. Revue forestière française 73(2-3) : 383-390.

 

La gestion QD : un atout pour les chênes dans les hêtraies

Georg Josef Wilhelm

Obtenir dans la hêtraie un petit nombre de chênes mais à très grands houppiers et de haute qualité n’est ni exigeant ni coûteux. À la fin de leur phase de qualification, il suffit de disposer d’à peine 50 chênes « supervitaux » par hectare de bonne qualité : les « options ».

Les hêtres de croissance moyenne sont pour les chênes-option d’excellents qualificateurs et même les hêtres supervitaux ne constituent qu’un moindre problème. Dans le développement de la jeune forêt, les impacts des essences pionnières sur l’avenir des chênes sont bien plus forts, et augmentent avec le temps. En tout, une intervention par cassage et une autre par annélation suffisent souvent dans la phase de qualification.

Désigner à temps les chênes-objectif au sein des options est l’action déterminante. Par la suite, ces arbres-objectif seront systématiquement promus de manière à maintenir les charpentières à la base des houppiers. En visant une bille propre d’environ 25 % de la hauteur finale de l’arbre, les chênes arriveront au début de leur phase de dimensionnement vers 25 ans. Certains « chênes d’exception » sont déjà qualifiés avant 20 ans : les avant-postes de la résistance à l’oïdium néobiotique qui a bouleversé l’écologie de reproduction de nos chênes ?

0iconweb Télécharger la bibliographie complète de l'article

 

Les sols forestiers à nappe temporaire : fonctionnement, particularités et enjeux actuels

Caroline Petitjean, Marco Bastianelli, Joseph Levillain, Nathalie Bréda, Philippe Durand, Noé Dumas, François Lebourgeois, Catherine Collet

Les sols à nappe temporaire sont courants en forêt et la gestion des peuplements les prend généralement en compte. Mais face aux risques de contraintes de plus en plus importants liés aux changements climatiques, il importe de mieux les connaître pour mieux adapter la gestion.

L'article propose quelques rappels et détaille les particularités des sols forestiers à nappe perchée temporaire : conditions de formation d’une nappe perchée, formation des traces d’hydromorphie, sensibilité au tassement et principales contraintes pour les essences forestières. Il aborde ensuite les principaux enjeux auxquels la recherche devra répondre pour l’avenir.

Références à télécharger/consulter

0iconweb 2. Aussenac G., Becker M. (1968). Écologie d’un massif sur sols hydromorphes : la forêt de Charmes (Vosges). Contribution à la mise au point d’une méthode d’étude dynamique du milieu forestier. Annales des Sciences Forestières 25(4) : 291-332.

0iconweb 5. Becker M. (1972). Étude des liaisons station-production, dans une forêt sur sols hydromorphes (forêt communale de Charmes Vosges). Revue Forestière Française 24(4) : 269-287.

0iconweb 6. Bréda N., Gérard B. (2022). Fonctionnement des arbres et des semis soumis à ennoyage : ajustements écophysiologiques, désordres métaboliques et adaptations. Rendez-Vous techniques de l’ONF 73 : 22-28.

0iconweb 8. Granier A., Bréda N., Biron P., Villette S. (1999). A lumped water balance model to evaluate duration and intensity of drought constraints in forest stands. Ecological Modelling 116(1-2) : 269-283.

0iconweb 10. Lebourgeois F., Jabiol B. (2002). Enracinements comparés du Chêne sessile, du Chêne pédonculé et du Hêtre. Réflexions sur l’autécologie des essences. Revue Forestière Française 54(1) : 17-42.

0iconweb 11. Lebourgeois F., Spicher F., Daviller S., Pires B., Croizier P., Lorentz S., Petitjean C. (2022). Comportement des chênes pédonculé et sessile sur deux sols à engorgement temporaire en lorraine. Rendez-Vous techniques de l’ONF 73 : 29-36.

0iconweb 12. Lévy G. (1981a). Comportement de jeunes plants d’épicéa commun en sol à engorgement temporaire de surface : influence de divers facteurs du milieu. Annales des Sciences Forestières 38(1) : 3-30.

0iconweb 13. Lévy G. (1981b). La nutrition azotée de l’épicéa en sol engorgé : étude expérimentale. Annales des Sciences Forestières 38 : 163-178.

0iconweb 14. Lévy G. (1990). Incidences possibles d’une coupe à blanc sur la remontée des nappes et la stabilité structurale des sols à hydromorphie temporaire. Revue Forestière Française 42(5) : 517-522.

0iconweb 16.Martin M. (2019). Développement d’un modèle de transfert hydrique des sols forestiers partiellement tassés dans un contexte de données parcimonieuses. Thèse de doctorat, Université d’Avignon, 268 p.

0iconweb 17. Pischedda D. (coord.) (2009). Pour une exploitation forestière respectueuse des sols et de la forêt « PROSOL ». Éd. FCBA, ONF, 110 p.

 

Aperçu de l’appel à projets « Forêt résiliente II »

Forêt.Nature

Lancé par la Ministre Céline Tellier, en charge de l’Environnement et de la Forêt, le projet « Forêt résiliente II » a pour objectif d’encourager les propriétaires forestiers publics et privés à réfléchir différemment leur gestion pour régénérer leurs forêts et les orienter vers une forêt plus résiliente face à l’urgence climatique.

 

Portfolio. Paysages et Nature des Parcs naturels de Wallonie

Thomas Meunier, pour les parcs naturels de Wallonie

La Fédération des Parcs naturels de Wallonie a demandé à Thomas Meunier de réaliser une trentaine de photos par Parc naturel montrant leur identité, leurs paysages, leurs particularités naturelles ou géologiques. Thomas, photographe animalier autodidacte et grand passionné de nature, connaît déjà bien les Parcs naturels, il a pu en capter les instants, les lumières, les ambiances… Le résultat, ce sont plus de 100 magnifiques photos par Parc, très variées, certaines présentant des points de vue bien connus pris sous un autre angle, avec des lumières du petit matin ou de la fin de journée. Ces photos montrent la beauté des Parcs naturels, des territoires proches de nous, elles illustrent parfaitement l’idée qu’il ne faut pas aller loin pour contempler, vivre l’aventure, rêver…

 

Foire de Libramont et Demo Forest 2022 : « Ici commence un monde durable »

Cercle Forêt Bois de la Foire de Libramont

La 86e Foire agricole et forestière de Libramont fera son grand retour du 29 juillet au 1er août sur le champ de Foire et se prolongera par deux jours en forêt, à Bertrix, avec Demo Forest. Thème retenu : « Ici commence un monde durable » !

0iconweb Télécharger l'article

 

Parutions

0iconweb Sites naturels de compensation : quels freins et perspectives ? Revue Sciences Eaux et Territoires n° 38, 79 p.

0iconweb Inventorier, conserver et valoriser les milieux fontinaux. Office fédéral de l’Environnement Suisse, 39 p.

0iconweb Annuaire La Forêt et le bois 2021. Office fédéral de l’Environnement Suisse, 105 p.

 

 

 

La revue FORÊT.NATURE est réalisée avec le soutien du Plan quinquennal de recherches et vulgarisation forestières.

 logo RF

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contact

Forêt.Nature
Rue de la Plaine 9
6900 Marche-en-Famenne
T +32 (0)84 22 35 70
info@foretnature.be

Ce site utilise des cookies pour faciliter la navigation.